Les chenilles processionnaires

28 Avr 2017Blog

LES CHENILLES PROCESSIONNAIRES :

 

En ce moment de nombreuses personnes sont confrontées à la présence de  chenille processionnaire dans leur jardin.

La chenille processionnaire du pin est redoutable puisqu’elle cause de lourds dégâts aux arbres et aux humains. Elle est connue pour les risques sanitaires qu’elle peut engendrer notamment dû à ses poiles urticants microscopiques.

En cas de stress ou lorsqu’elle se sent menacée, la chenille processionnaire libère ses micros poils qui se dispersent dans l’air véhiculés par les vents.  Ces poils très volatiles n’ont aucun mal à s’accrocher aux parties non couvertes des hommes ou des animaux.  En se rompant le poil propage une substances urticantes qui peut provoquer des boutons et des démangeaisons importantes sur la peau. En cas de contact avec les yeux, il faut absolument consulter un ophtalmologue pour extraire les poils. S’ils ne sont pas enlevés, il y a un risque de conjonctivite pouvant entraîner la cécité. L’inhalation des poils peu créer une insuffisance respiratoire pouvant aller jusqu’à la crise d’asthme.

Sur les épineux, elle défolie les pins en dévorant les aiguilles de façon méthodique.

Cet insecte est compliqué à maîtriser puisqu’il faut appréhender son cycle de vie, ce qui n’est pas chose aisé !

 

AU BIO JARDIN, vous propose des méthodes biologiques de luttes efficaces contre la processionnaire du pin et du chêne

 

La méthode de l’échenillage : Cela consiste à enlever les nids et de détruire les cocons, nous vous conseillons de les brûler. Il faut vous équipez et porter des gants pour éviter tout contacts.
Période entre septembre février. L’échenillage vise à se débarrasser des nids évite la prolifération et la propagation des chenilles processionnaires.

La méthode du piégeage :

⇔ Première méthode : Pose d’un COLLIER PROCEREX de septembre à avril.

Le COLLIER PROCEREX permet de piéger les chenilles processionnaires qui descendent le long du tronc avant qu’elles n’arrivent au sol. Il est la solution pour limiter l’exposition des hommes et des animaux domestiques aux chenilles urticantes.

⇔ Seconde méthode : Pose du PIEGE PROCEREX avec une phéromone associée PROCESS’ATTACT PROCESSIONNAIRE DU PIN LONG LIFE (thaumetopoea pityocampa) ou PROCESSIONNAIRE DU CHÊNE (Thaumetopoea processionea) de fin avril à fin août.

Cette PHEROMONES est une substance chimique volatile qui est naturellement émise par le papillon pour attirer irrésistiblement et spécifiquement ses congénères.
Ce piège permet aux phéromones de se diffuser. Attirés, les papillons mâles volent autour de la capsule de phéromone située sous le couvercle.
Épuisés, ils finissent par tomber dans l’entonnoir où ils se retrouvent piégés et se noient dans le savon noir versé préalablement au fond du seau.

Il ne faut surtout pas ouvrir la capsule, et nous vous conseillons de porter des gants lors de la manipulation pour ne pas la polluer.

Le traitement biologique : Utiliser du BACILLUS THURINGIENSIS de septembre à octobre sur les processions de chenilles.
C’est une bactérie qui s’attaque directement au système digestif de toutes les chenilles en général. On la retrouve naturellement dans les sols.

 

Comment agit BACILLUS THURINGIENSIS :

 

Il faut pulvériser  BACILLUS THURINGIENSIS directement et abondamment  sur les aiguilles (sans pluie, ni vent, ni soleil, de préférence à la tombée du jour).  En consommant les aiguilles ainsi traitées, la chenille est alors infectée. La bactérie pénètre dans l’intestin et produit des spores et des protéines. A l’élimination du tube digestif une substance toxique se libère, elle a pour effet principal de paralyser  les mâchoires de la chenille. Elle cesse de manger et meurt en seulement quelques jours.

Nous vous recommandons de faire appel à un professionnel. L’efficacité dépend de la connaissance du cycle de vie de cet insecte.

 

Avec AU BIO JARDIN,
vous êtes maintenant  fin prêt à affronter la chenille processionnaire en toute sérénité !

 

Pin It on Pinterest

Share This