La Cochenille farineuse
de l’oranger 

Planococcus citri

Accueil » Nos solutions » PBI » Les Cochenilles » La Cochenille farineuse de l’oranger  Planococcus citri

Planococcus ficus est communément appelé la cochenille farineuse de la vigne, elle est répandue dans le monde entier. Cette cochenille à corps mou, de forme ovale, aplati et distinctement segmenté est très petite entre 3et 4 mm de longueur. Elle occupe de nombreuses et différentes plantes hôtes. Dans les régions tempérées, c’est un problème sous serre en horticulture et, dans les zones tropicales et subtropicales, elle nuit également aux cultures de plein champ. L’insecte engendre des dégâts particulièrement en vergers et en cultures ornementales, Elle est capable de s’adapter à des situations très diverses. On la rencontre sur toutes les parties de la plante, mais surtout dans les zones de croissance et sur les axillaires.

Les dégâts : Les parties aériennes sont les plus touchées, il y a retard de croissance et une déformations avec jaunissement des feuilles, la plante diminution sa production de photosynthèse avec perte de rendements. La plante avorte ses fruits et ses fleurs infestées. De plus, la sève des plantes est pauvre en protéines et riche en sucre, les cochenilles doivent en ingérer une importante quantité de sève, pour obtenir suffisamment de protéines. Elles se débarrassent alors des excédents en sucres en excrétant du miellat. On observe souvent de la fumagine et des champignons noirs, qui se développent sur le miellat et qui, comme les sécrétions cireuses blanches des cochenilles à corps mou, affectent la qualité ornementale des plantes. Les fruits et les fleurs sont également souillés.

Développement : La durée de son développement dépend de la température, de la plante hôte et de l’humidité relative. La température influence le développement entier de la cochenille, de l’œuf à l’adulte, alors que l’humidité affecte particulièrement l’œuf et sévèrement les larves. Le développement de l’œuf à l’adulte est plus rapide et donc d’une durée plus courte à des températures et des humidités relatives élevées.

DUREE DE VIE DE L’ADULTE : Plusieurs mois

HIVERNATION :

Elle passe l’hiver dans le sol, au stade larvaire. Il n’y a pas de diapause. Lorsque les températures sont plus favorables, les cochenilles émergent une par une de leur cachette et s’installent sur leur plante hôte.

Avec des méthodes simple comme les auxiliaires tel que OBJ CHRYSOPA et OBJ CRYPTOLEAMUS en larves ou adultes, ou avec le piégeage associé au phéromone, vous serez a même de lutter naturellement contre les cochenilles.

Lutter naturellement avec les Auxiliaires

Andersoni

Californicus

Phytoseiulus

Pin It on Pinterest

Share This